Site et monument historiques

Église Saint-Georges

Partage :

Située dans le village d'Ydes-Bourg et classée Monument Historique du XIIème siècle, il s'agit de l'une des plus belles caractéristiques du Nord-Cantal. Ses façades architecturales, son histoire templière en font un point fort déjà bien mis en valeur.

L'Église Saint Georges, d'époque romane, a été construite par les Templiers puis passa aux mains des Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem au XIVème siècle. Sous le porche, deux superbes bas-reliefs : Daniel dans la fosse aux lions et le prophète Habacuc qui lui tend du pain et une cruche d'eau ainsi qu'une scène de l'Évangile : l'Annonciation. Pentures de la porte principale (XIIIème siècle), chevet, modillons et chapiteaux. L'Église Saint Georges se situe au cœur du bourg, il est possible de venir en voiture jusque devant, accès personne à mobilité réduite, parking à proximité. Visite libre et gratuite. L'église est ouverte en juillet et août avec l'exposition d'art sacré située dans sa sacristie et à la demande sur RDV en hors saison.

Où l’on découvre les liens du Cantal avec Jérusalem, les croisades, l’Ordre du Temple et les sculpteurs du Limousin. Visite de la plus atypique des églises romanes !

##Histoire
Dans la Vallée de la Sumène, l’église d’Ydes tient une place prépondérante : les Templiers ont construit cet édifice roman au cours du XIIe siècle, comme chapelle d’une commanderie – c’est-à-dire un monastère - aujourd’hui disparue, située juste à côté.
L’ordre militaire et religieux du Temple créé en janvier 1129, œuvre pendant tout les XIIe et le XIIIe siècle à accompagner et protéger les pèlerins en route pour le tombeau du Christ à Jérusalem, dans un contexte de guerre sainte et de croisade.
Pour mener à bien ses missions et notamment en assurer le financement, il constitue à travers l'Europe chrétienne d'Occident et à partir de dons fonciers, un réseau de monastères appelés commanderies – 700 en France. Cette activité soutenue fait de l'ordre un interlocuteur financier privilégié des puissances de l'époque : il effectue même des transactions sans but lucratif avec certains rois ou assure la garde de trésors royaux.
Après la perte définitive de la Terre sainte, consécutive au siège de Saint Jean d’Acre en 1291, l'ordre revient en Occident, où il est victime de la lutte entre la papauté et le roi de France, Philippe le Bel. Le pape Clément V le dissout le 13 mars 1312 à la suite d'un procès en hérésie et après 183 ans d’existence. Les biens des Templiers, dont l’église d’Ydes, deviennent la propriété des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, plus connus sous le nom d’Ordre de Malte.
Ceux-ci obtiennent du pape Jean XXII qu’Ydes relève directement du Saint-Siège, un privilège maintenu jusqu’à la Révolution, lorsque l’église est vendue comme bien national.

##Architecture et sculpture
La porte de l’église porte témoignage de cette histoire chevaleresque : les ferronneries du XIIIe siècle des vantaux des portes reproduisent la forme de quatre épées, cette épée que le templier, « soldat du Christ », recevait lors de sa réception dans l’ordre, avec une lance, une masse et un couteau.
Le porche constitue une œuvre majeure de la sculpture romane d’Auvergne : ses ébrasements – les pieds des colonnes - et les archivoltes, c’est à dire l’ensemble des ornements, sculptures et baguettes qui l’encadrent, sont particulièrement remarquables.
L’archivolte de façade, tournée vers l’ouest, est ornéede deux scènes de chasse et d’un zodiaque. À gauche, une suite de personnages : un homme, gourdin à la main, poursuit un renard, qui poursuit un coq, qui poursuit une femme. À droite, un cavalier et quatre chiens traquent un cerf. Entre les deux, surmontant l’entrée du porche, le zodiaque se développe, en commençant par le bélier, signe du mois de mars, au Moyen-Âge le premier mois de l’année, qui débutait le 25 mars, jour de l’annonciation. Manquent le lion, la vierge, la balance et le scorpion, mais s’y rajoutent des scènes pittoresques d’un femme se retournant pour protéger un coq poursuivi par un renard, et d’un enfant retenant un animal sauvage – un ours.
Le zodiaque exprime l’ordre et la beauté de l’univers, qui ne peuvent provenir du hasard, et symbolise donc l’existence de Dieu ; les scènes profanes symbolisent la victoire de la force intellectuelle de l’homme sur la brutalité animale, celle du droit sur la force.
Pénétrons sous le porche.
De part et d’autre de la porte, des sculptures réalisées dans du grès à très gros grain, une pierre difficile à travailler et qui résiste mal aux intempéries : les visages semblent comme effacés aujourd’hui.
À gauche, coté nord, trois fines colonnettes encadrent une annonciation, scène du Nouveau Testament : l’archange Gabriel, messager de Dieu, une croix à la main apporte à la Vierge l’annonce de sa future maternité. La Vierge Marie, enveloppée dans un grand manteau, présente les paumes de ses mains à l’ange en signe d’acceptation.
À droite, côté sud, les deux thèmes représentés sont issus de l’Ancien Testament. Daniel, condamné pour sacrilège, est enfermé dans une fosse hermétiquement fermée, donc promis à une mort certaine, soit de faim par privation de nourriture, soit par mort violente car sept lions sont enfermés avec lui. Mais ces derniers l’épargnent : le miracle est symbolisé par l’attitude dominante du héros assis sur trois fauves dont la position évoque un siège en X.
Le prodige se poursuit sous l’arc de droite : un ange tient Habacuq par la tête pour le transporter de Judée à Babylone afin qu’il nourrisse Daniel. Le prophète tient dans ses mains le pain et l’eau. Ses jambes fléchies, ne touchant pas le sol, simulent son transport à travers les airs. Dès le IIe siècle, le repas apporté par Habacuq était considéré comme une image de la bonté de Dieu envers ceux qui croyaient en lui, ou encore le symbole de l’âme sauvée du mal.
Au Moyen-Age, ce récit de Daniel secouru par Habacuq devient une préfiguration de l’Annonciation. Un rapprochement qui se fait entre 1090 et 1120, dans un recueil pour les principales fêtes liturgiques écrit par Honorius d’Autun : « L’ange et Habacuq pénétrèrent puis sortirent de la prison de Daniel sans briser le sceau de la porte ; de même le Christ entra et sortit du sein de sa Mère sans briser le sceau de sa virginité. »
L’organisation de ce porche et le style des bas-reliefs sculptés témoignent d’un très forte influence limousine sur l’église d’Ydes."

Ouverture

Période d'ouverture : Eté

Du 01/07 au 31/08, tous les jours.
De 14h à 19h
Autre période sur rendez-vous pour les groupes.

Ça peut vous intéresser
Ydes

Lieu-dit d'Ydes-Bourg

Ydes

Musée - Exposition de Papillons et autres Insectes du Monde

Mise à jour le 16/09/2021 Par Office de Tourisme de Sumène Artense
Signaler une erreur
Vos favoris

Votre panier est vide.